agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

CRPPC Portails : www - étudiants - personnels CRPPC

Vous êtes ici : Accueil > L’équipe > Enseignants-Chercheurs > GAILLARD Georges > GAILLARD Georges

GAILLARD Georges

 

Accès direct : contact | fonctions et responsabilités | activités de recherche | publications
 

Contact

- Adresse de l’établissement :
Université Lyon2 - Institut de Psychologie - C.R.P.P.C.
5 avenue P. Mendès-France CP 11 - 69676 BRON cedex
- Courriel/e-mail : georges.gaillard@univ-lyon2.fr / georges.gaillard@orange.fr
 

Fonctions et responsabilités

Professeur – Habilité à Diriger des Recherches (HDR) au département de "Psychopathologie et Psychologie Clinique" et au département "Formation en Situation Professionnelle"
Directeur du département "Formation en Situation professionnelle" (FSP) de 09.2012 à 04.2018.
Responsable du dispositif "Formation à Partir de la Pratique" (FPP) depuis 09.2007
Responsable du "Diplôme Universitaire d’Analyse de la Pratique" (DUAPR)
Responsable du réseau international, inter-universitaire "Groupe et liens intersubjectifs"
 

Activités de recherche

Ses travaux de recherche se déclinent au niveau de la « clinique des institutions » (I), de celle « des groupes institués » (II), de la « clinique du traumatisme et du travail de la mort » (III), ainsi que de la « clinique de la recherche et de la formation » (IV).
Synthèse de ses recherches antérieures son travail d’HDR a pour titre : « Appareillages psychiques, destructivité et Kulturarbeit », et en sous-titre « Prendre en compte Thanatos dans la clinique des sujets, des groupes et des institutions ».
Au titre des héritages et des filiations ses travaux s’inscrivent (notamment) en reprise et en prolongement des remaniements métapsychologiques qui ont eu pour cadre le laboratoire du CRPPC : ainsi du travail autour du « négatif » (Guillaumin, Kaës, Roussillon), ceux autour des équipes (Fustier, Henri) autour des groupes et des « espaces psychiques coordonnés » (Kaës), et de la réflexion épistémologique sur les dispositifs de formation et de recherche (Henri).

(I) – Il contribue à la mise en place d’une clinique de l'institution. Celle-ci s'attache à penser les configurations de liens qui spécifient les ensembles inter et transubjectifs. Elle porte sur le devenir de la pulsion de mort dans les institutions de la mésinscription (soin, travail social, etc.), et notamment de son impact sur la temporalité (entre crise généalogique, et conditions de mise en œuvre d'un processus d'historisation). La transformation des métacadres qui caractérise la période actuelle conduit à se rendre attentif à la mise en crise et à la mutation des arrière-fonds sociaux et culturels, et aux incidences de ces mouvements sur la construction des collectifs de professionnels, sur le devenir des sujets, et sur la Kulturarbeit requise.
Mots clefs : institution, pulsion de mort, kulturarbeit, crise, généalogie, historisation, transmission, méta-cadres.

(II) – Ces travaux se déclinent du côté de la clinique des groupes, et portent de façon spécifique sur les groupes institués. Ils prennent notamment appui sur l'apport métapsychologique de « l’École française de groupe » et de « l’École lyonnaise » et donnent de la lisibilité aux appareillages psychiques nécessités par le « vivre ensemble », et par l'investissement de la « tâche primaire » (le soin, l'accompagnement, etc.). Ils ont trait aux identifications professionnelles, aux appareillages pluri-subjectifs, et aux processus de liaison – déliaison au sein des groupes et des équipes.
Une attention est portée aux dispositifs de régulation des groupes institués (analyse de la pratique, intervention institutionnelle, formation, recherche-action, etc.), ce qui contribue au développement d’une pensée sur les dispositifs ; notamment au niveau de leur corrélation avec les arrière-fonds institutionnels et sociétaux.
Au niveau de ces dispositifs de régulations, il a proposé différentes modélisations qui ont trait :
• au méta-organisateur œdipien, à la temporalité, et à leurs fonctions psychiques au sein des groupes institués.
• à la composante narcissique, à son devenir, et ses retournements au sein de ces mêmes groupes.
• aux « paires contrastées », dont la dialogique « féminin - phallique », en tant que mouvement qui sous-tendent les processus transformationnels au sein des équipes (capacité d’accès à l’archaïque et capacité de transformation de la négativité qui se présentifie au niveau de [et en résonance avec] la « tâche primaire »).
• aux processus de liaison – déliaison, et au triptyque autoréflexivité, conflictualité, créativité.
Mots clefs : narcissisme, pensée, appartenances, autoréflexivité, conflictualité, phallique, féminin, appareillages intersubjectifs.

(III) – Clinique du traumatisme et travail de la mort. Les défaillances graves et précoces des liens intersubjectifs, de même que les traumatismes constituent la matière première des institutions de la mésinscription. Cette importance cruciale de l’originaire et du traumatique, se rencontre également du côté de la clinique de l’humanitaire et participe des cliniques (dites) « de l’extrême ». Or ces processus deshumanisants qui altèrent le processus de la subjectivation se retrouvent aussi au cœur des demandes d’analyse et de psychothérapie.
Ses recherches visent à éclairer la manière dont les sujets, les groupes, et les ensembles sociaux, dans leurs processus d'appropriation subjective, donnent à la mort une place ; comment l’écoute analytique (dans les différents dispositifs où elle est à même de se déployer) permet de se déprendre de « l’attraction du meurtre, et de l’auto-destruction » (N. Zaltzman), et dans ce mouvement, de régénérer les forces de vie, et la créativité qui leur est corrélée.
Mots clefs : traumatisme, humanitaire, emprise, meurtre, auto-destruction, transfert, subjectivation, créativité.

(IV) – Un autre pan de ses travaux porte sur la Clinique de la recherche et de la formation. Elle vise à placer la recherche sous l’égide de l’inconscient et de l’énigme constitutive du sujet. La recherche est dès lors envisagée comme une temporalité de reprise et « d’après-coup », d’une mise en faillite de l’étayage du sujet sur sa position professionnelle ; cet étayage qui lui avait permis de s’approcher de ses propres parts subjectives en attente de liaison symbolisante.
Les dispositifs de formation sont également pensés en lien avec ce primat de la rencontre intersubjective, des nouages transférentiels qui ont cours dans le champ de la mésinscription, et de la fréquentation de l’archaïque qui le spécifie.
Mots clefs : recherche, formation, après-coup, énigme, étayage, archaïque, traumatophilie.
 

Publications

Télécharger la liste des publications [PDF - 161 Ko].

mise à jour le 25 novembre 2019


Contacts

Directrice: Magali RAVIT, magali.ravit@wanadoo.fr
Coordinatrice de recherche: Eliane GASTALDO, eliane.gastaldo@univ-lyon2.fr
Gestionnaire financier: Farida MARTINEZ, farida.martinez@univ-lyon2.fr
GAILLARD G..png
Université Lumière Lyon 2