agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

CRPPC Portails : www - étudiants - personnels CRPPC

Vous êtes ici : Accueil > Politique scientifique > Politique scientifique 2009-2014 > Objectifs scientifiques > Les cadre de recherche et les méthodes > Les cadres de recherche et les méthodes

Les cadres de recherche et les méthodes

 
Les cadres de recherche sont les réseaux interuniversitaires, ainsi que les axes thématiques récemment mis en place, pour le nouveau quinquennal.

Le quinquennal 2014-2019 sera articulé autour de la mise en place de trois nouveaux réseaux interuniversitaires de recherche d’une part, d’autre part d’une nouvelle direction de recherche concernant la modélisation des dispositifs de soin, soit l’évaluation clinique des dispositifs, qui fait suite à la recherche du contrat en cours sur la modélisation des dispositifs de soin.

Création en cours de 3 réseaux de recherche : Criminologie, Médiations thérapeutiques et vieillissement. 

RICCITf : Réseau International de Criminologie Clinique Inter-universitaire Transdisciplinaire francophone

Spécificité scientifique

  • Approche clinique du phénomène criminel et délictuel
  • Modélisation conceptuelle des facteurs déclencheurs du passage à l’acte et des dispositifs de prise en charge de ces cliniques
  • Articulation pluridisciplinaire entre le champ clinique, juridique et sociale.

Méthodologie

  • Approches méthodologiques cliniques dans une perspective pluridisciplinaire
  • Organisations de colloques internationaux bi- annuels
  • Journées d’étude internationales annuelles

Points forts

  • Le champ de la criminalité est actuellement référencé à des méthodes quantitatives. Il n’existe donc pas actuellement de réseau en appui sur une investigation clinique du phénomène criminel qui représente un enjeu sociétal important.
  • Le réseau est un point de rencontre et d’articulation entre des champs différents (clinique, juridique, sociale).
  • La politique du réseau s’inscrit dans l’objectif de développer et de promouvoir des méthodes d’évaluation et des travaux en appui sur une théorisation analytique.

→ Un réseau de criminologie clinique est en cours d’organisation. Le RICCITf (Réseau International de Criminologie Clinique Inter-universitaire Transdisciplinaire francophone) a pour but de favoriser un partenariat entre les enseignants-chercheurs et les professionnels praticiens en vue de soutenir et de mener une réflexion collective susceptible de mettre en perspective les enjeux (cliniques, juridiques, sociologiques et criminologiques) des pratiques dans le champ de la criminalité et de la délinquance. Sur le plan épistémologique, le réseau est centré sur des approches référées à l’appréhension subjective du fait criminel et/ou délictuel.

→ Les recherches et travaux menés par le CRPPC ont permis de penser la clinique du passage à l’acte violent comme modalité de survie et de suture dans l’organisation des activités primaires de symbolisation. Ces travaux interrogent les modalités psychiques processuelles des patients criminels et les dispositifs de prise en charge de ces cliniques.

→ Plusieurs membres du CRPPC sont engagés sur les problématiques liées aux formes de violences inhérentes aux conduites criminelles et/ou délictuelle : A. Brun (Pr.), Y. Morhain (Pr.), M. Ravit (Pr.), P.-A. Raoult (MC-HDR), J. P. Durif-Varembont (MC-HDR), V. DI ROCCO (MC) et Barbara Smaniotto (MC).

→ Le CRPPC encadre actuellement plusieurs travaux de thèses liées à la psychopathologie du passage à l’acte ( M. Edrosa, H. Leca, E. Garnier ; ss dir. du Pr. A. Brun, en tutorat M. Ravit). Une thèse en co-tutelle (Laurent Duvivier, ss dir. du Pr. A. Masson / Université de Louvain la Neuve et M. Ravit Pr.) est actuellement en cours d’élaboration. Dans ce prolongement, le centre de recherche poursuit collectivement une série de réflexions concernant les problématiques de la destructivité et la construction de dispositifs permettant de transformer l’acte en communication langagière signifiante.

→ En parallèle, les travaux conduits dans les différents réseaux « Groupe » et « méthodes projectives » constituent des appuis méthodologiques fondamentaux puisqu’ils représentent des enjeux importants dans l’accompagnement, le soin et l’évaluation des populations concernées.

→ Le projet de création du réseau RICCITF prend la forme d’un partenariat entre des structures universitaires et des structures praticiennes des centres hospitaliers, des structures pénitentiaires et/ou des centres ressources spécialisés dans la prise en charge des auteurs d’infractions. Les partenariats répertoriés à ce jour sont les suivants :

1) Partenariats entre les universités :

- Sur le plan local, partenariat interdisciplinaire avec les universités de Lyon 1 (faculté de médecine – Pr. JM Elchardus et Pr. E. Poulet) et Lyon 3 (Centre de droit pénal- Pr. X. Pin, Mme A. Beziz MC-HDR).

- Sur le plan national, partenariat avec des praticiens et universitaires spécialisés dans la clinique des agirs et de la criminalité : Pr. F. Neau (Paris 5), Pr. JY Chagnon (Paris 13).

- Sur le plan international, partenariat avec l’Ecole de criminologie de Louvain la neuve (Belgique- Pr. A. Masson et Pr. C. Adam), l’université libre de Bruxelles (Pr C. Adam) et l’Université de Lausanne (Pr. B. Gravier et Pr. P. Roman).

2) Partenariats avec les terrains : la collaboration avec les structures praticiennes est essentielle pour permettre l’investigation et la conceptualisation des dispositifs thérapeutiques et institutionnels de prise en charge de la délinquance et de la criminalité. On peut lister les institutions suivantes, de manière non exhaustive :

- Le Pôle SMD-PL (santé mentale des détenus et psychiatrie légale) situé au Centre hospitalier Le Vinatier (Lyon). Ce pôle de psychiatrie pénitentiaire s’occupe de prise en charge des sujets placés sous main de justice. Il est identifié comme étant le pôle spécialisé le plus important en France. Il regroupe plusieurs structures : l’EPM (établissement pour mineurs), l’UHSA (unité d’hospitalisation spécialement aménagée), le SMPR (service médico-psychologique régional), CMP (suivi post-pénal), le CSAPA (centre de soins d'accompagnement et de prévention en addictologie).

- Les CRIAVS (Centre Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences sexuelles) : Lyon, Grenoble, St Etienne.

- Le CHUV (centre hospitalier universitaire vaudois, Suisse) – Pr. B. Gravier.

- Des praticiens de « la Chapelle aux champ » (Bruxelles) travaillant sur l’articulation entre soin et enfermement.

- Des praticiens hospitaliers exerçant dans des structures de soins à destination des sujets placés sous main de justice (France, Bruxelles, Lausanne).

→ Le RICCITF se donne aussi pour objectif de permettre des collaborations soutenant la formation des étudiants et des professionnels travaillant dans le champ de la criminalité. Ces collaborations fonctionnent déjà dans les formations qui sont dispensées dans le cadre des DU de « criminologie clinique » et d’« Expertises judiciaires psychiatrique et psychologique » (partenariat Université Lyon 2 et Lyon 1, Ecole de criminologie de Louvain la neuve, Université de Bruxelles, CHUV de Lausanne). Ceci est également le cas des « Journées scientifiques internationales annuelles » qui permettent de soutenir des échanges entre des chercheurs et praticiens français, suisses et belges.

D’autres formes de collaborations internationales sont en cours d’élaboration, comme par exemple la création d’un certificat universitaire à la pratique expertale (partenariat entre l’école de criminologie de Louvain la Neuve, le CHUV de Lausanne, l’université Lyon 2 - CRPPC). D’autres projets en cours et pourraient prendre la forme d’un « séminaire interuniversitaire européen » (semestriel), et la création d’un support de publication en criminologie clinique soutenant les méthodes qualitatives.  

Création du réseau Médiations thérapeutiques

Responsables : Pr P. Attigui, Pr A. Brun

Spécificité scientifique

  • Conceptualisation d’une métapsychologie des médiations thérapeutiques : modélisation dans une théorisation d’ensemble référée à la théorie psychanalytique et au processus de symbolisation
  • Modélisation autour du concept de medium malléable

Méthodologie

  • Méthodologie spécifique à partir des formes de l’associativité affectivo-corporelle et du langage sensorimoteur
  • Constitution d’une méthodologie d’évaluation clinique des différents dispositifs à médiation
  • Journées d’étude internationales annuelles

Points forts

  • Travaux de recherche déjà publiés par le CRPPC, posant les fondements d’une métapsychologie de la médiation et du medium malléable.
  • Collaboration avec de nombreuses universités étrangères, notamment celles qui travaillent très activement au projet international « Soin, thérapie et médiation », fédéré par notre centre de recherche.
  • Fort impact de ces recherches sur les praticiens

La constitution du consortium est en cours. Il comprend déjà une vingtaine de membres d’universités françaises et une dizaine d’universités étrangères, notamment les 9 universités étrangères participant au projet ARTS, CREATIVITY AND HEALTH. Le Pr Sylvain Missonnier (Paris Descartes) sera responsable de la branche du réseau sur les médiations numériques. Il comprend aussi des laboratoires d’autres disciplines, comme l’anthropologie, la criminologie, la littérature, les neurosciences, la philosophie, les études théâtrales et les sciences de l’éducation.

Création du réseau interuniversitaire : Séminaire Interuniversitaire pour la Recherche et la Clinique « Psychanalyse et vieillissement » dont l’objet est de permettre de construire ensemble un espace propice au développement de la réflexion théorique et clinique psychanalytique centrée sur les problématiques liées au vieillissement.
 

Spécificité scientifique

  • Approche psychanalytique du vieillissement normal et pathologique
  • Pensée psychodynamique des démences séniles de type Alzheimer
  • Articulation, du fait des spécificités des psychopathologies des âgés, des dimensions individuelles, familiales et institutionnelles.

Méthodologie

  • Constitution d’un référentiel théorique par un travail approfondi sur les travaux psychanalytique relatifs au vieillissement.
  • Séminaire avec présentation d’études de cas, de perspectives théorico-clinique.
  • Approches méthodologiques plurielles à partir d’entretiens cliniques, de psychothérapies, de méthodes projectives, de prises en charge groupales et institutionnelles.

Points forts

  • Il n’existe aucun réseau de ce type. Il a des contacts en France et à l’étranger afin de se développer.
  • Il est en lien avec des associations ou sociétés savantes : ARAGP, Société française du Rorschach
  • Il s’inscrit dans un secteur dans lequel les besoins de théorisation psychanalytique sont forts et les travaux théorico-cliniques en plein développement.


Ce séminaire bimestriel réunira enseignants-chercheurs, doctorants, cliniciens, qu’ils soient psychologues ou psychiatres référés à la psychanalyse. A l’heure actuelle, il compte comme membres fondateurs :  C. Caleca (MC, Caen) ; J.-M. Talpin (PR) ; B. Verdon (Pr, Paris Descartes) ; F. Villa (Pr., Paris Diderot) ; S. Stirn (Paris VIII et Belfort). 

- Projet d’une recherche sur les formes atypiques de psychopathologies d’apparition tardive avec les pôles géronto-psychiatriques des hôpitaux lyonnais suivants : Le Vinatier, Saint-Jean-de-Dieu.

Au CRPPC les deux membres engagés sur ses problématiques liées au vieillissement sont : J.-M. Talpin (PR) et C. Joubert (MCF-HDR Lyon2). A l’interface entre l’université et les terrains, J.-M. Talpin est président de l’ARAGP (Association Rhône-Alpes de gérontologie Psychanalytique). Depuis l’obtention de leur HDR, C. Joubert et J.-M. Talpin initient des projets de M2R (dans la perspective de thèses) sur ces problématiques. La très récente nomination de J.-M. Talpin comme professeur permettra au CRPPC de créer un pôle attractif de recherches d’abord nationales, puis internationales, dans le champ du vieillissement.

Réseau Séminaire Interuniversitaire pour la Recherche et la Clinique « Psychanalyse et vieillissement », SIRC « Psychanalyse et vieillissement »

Co-fondé en 2013 par le CRPPC (Université Lumière-Lyon 2), le Laboratoire de Psychologie Clinique et Psychopathologie (LPCP, Université Paris Descartes), le Centre de Recherche Psychanalyse, Médecine et Société (CRPMS, Paris Diderot), le Groupe de Recherche Santé, Enjeux Humains et Sociétaux (Université de Caen, Basse-Normandie).

Co-responsables : C. Caleca (MCF), J.-M. Talpin (Pr), B. Verdon (Pr), F. Villa (Pr).

Ce réseau a pour vocation de rassembler les laboratoires et les enseignants-chercheurs travaillant les questions du vieillissement dans une épistémologie psychanalytique. Il va donc s’élargir à d’autres universités françaises et étrangères.

 

Les activités scientifiques du réseau concernent :

  • La création d’une dynamique de réflexion articulant les théories psychanalytiques à la question du vieillissement.

  • La mise en place d’une synergie entre différents centres de recherches et des terrains de pratiques avec des psychologues, des psychiatres et des psychanalystes.

Le réseau propose les activités scientifiques suivantes :

  • un séminaire bimestriel qui tournera entre les différents centres de recherches et universités impliquées. Il accueillera en outre les étudiants avancés (Master 2 et thèses). Ce séminaire est organisé autour d’une problématique annuelle (pour la 1ère année : la dépendance)..

  • un colloque annuel ouvert à un public plus large de professionnels.

  • à terme ce réseau développera aussi une activité éditoriale (actes des séminaires et colloque en particulier).

  • Soutenir et développer des thèses sur la clinique psychanalytique du vieillissement et de la vieillesse et favoriser la rencontre entre chercheurs de ce champ.

Méthode de travail :

  • A chaque rencontre un membre présente un travail en cours qui est discuté par les membres du réseau et les présents (étudiants de M1, M2, thèse)

  • Pour les colloques : conférences et ateliers autour d’un thème déterminé à l’avance.

La première rencontre a eu lieu en novembre 2013 à Paris.

Évaluation clinique des dispositifs de soin

La mise en place, de modèles d’évaluation clinique des dispositifs, centrale dans la recherche du nouveau quinquennal, et déjà amorcée à la fin du contrat en cours, correspond à l’invention de nouvelles méthodologies dans le champ de la psychologie clinique. Il s’agira de proposer des outils finalisés d’évaluation clinique de différents dispositifs, des tableaux d’évaluation prêts à l’emploi. Des tableaux de repères pour une évaluation clinique seront notamment proposés pour chaque médiation thérapeutique, ainsi que pour des dispositifs de psychothérapies institutionnelles. Cette recherche est très novatrice sur le plan national et international car il n’existe pas actuellement d’outils d’évaluation clinique des dispositifs.

Par ailleurs les systèmes d’évaluation plutôt quantitatifs sont contraints, pour que les résultats soient quantifiables, d’opérer des « réductions » de la complexité des résultats et des processus psychopathologiques impliqués. Par exemple en ne considérant que les « mono » morbidités (évaluées par les grilles type DSM) là où la majorité des tableaux cliniques rencontrés concrètement dans la pratique confrontent plutôt à des pluri morbidités. Il y a donc très souvent un écart, qui peut-être considérable, entre les résultats des évaluations effectuées et les situations concrètes de la pratique.

La réduction est, on le sait, inévitable, la question n’est pas de la contester mais de poser la question de son degré, et de celui au delà duquel les résultats ne signifient plus grand chose et rendent non pertinent le travail d’évaluation. L’orientation vers des systèmes d’évaluations qualitatives repose sur une tentative pour réintroduire dans ceux-ci des degrés de complexité supérieurs, donc de diminuer la réduction et de tenter d’augmenter la pertinence des grilles d’évaluation. Ils reposent sur la prise en compte de la complexité voire l’hypercomplexité des fonctionnements humains et de leur psychopathologie et ils s’essayent à rendre compte, dans le même sens, des effets des pratiques de soin sur les tableaux cliniques considérés.


mise à jour le 3 mai 2016



______________________

- Cycle de Rencontres -

Séminaires du CRPPC

Conférences du CRPPC

- Rencontres annuelles -

M2 Pro

Rencontres ouvertes avec les praticiens

- Evènements -

______________________
Colloque : cadre et corps
04-02-2017

______________________
Colloque : symbolisation
31-03/01-04-2017

______________________

Université Lumière Lyon 2